Feitio

Le Feitio du Santo Daime

« Feitio » est le nom du rituel sacré de préparation du Sacrement Santo Daime. Le rituel est effectué, à toutes ses étapes, selon des règles rituelles et dans le plus grand respect, avec une dévotion silencieuse et une attention physique. Le Feitio, une cérémonie riche en symbolisme spirituel, remonte aux origines des peuples indigènes de l’Amazonie. Avant que Mestre Irineu reçoive les instructions du Divin Féminin pour commencer la tradition Santo Daime, il avait suivi, avec des autochtones d’Amazonie, un apprentissage du rituel de fabrication du breuvage sacré à partir de deux plantes, le Banisteriopsis caapi et le Psychotria viridis. Le Feitio témoigne de la continuité culturelle et de l’intégrité rituelle de la tradition du Santo Daime.

La préparation du Sacrement pour les Travaux du Santo Daime est considérée comme le rituel le plus important de la tradition. L’unité parmi les membres de la communauté est un facteur essentiel du Feitio. On croit que lorsque les chaudrons contenant les plantes et l’eau sont mis sur le feu pour la cuisson, toutes les questions et préoccupations de la communauté sont aussi en cours de cuisson, afin d’être transformées et résolues. Pendant la cuisson, tout ce qui monte à la surface des chaudrons est écumé. Ceci représente symboliquement le processus de ce qui monte – ou doit venir à la surface – au sein de la communauté.

Le Feitio est un rite initiatique pour la production du Sacrement, et doit être considéré par tous les participants comme un entraînement physique, mental et spirituel. Le Feitio est un rituel d’apprentissage, et la connaissance s’acquière de manière progressive, en fonction de la capacité de chaque participant. Savoir-faire et perfection dans le Feitio sont en harmonie avec l’atteinte du développement spirituel. On vise à développer la dextérité, l’intelligence, la mémoire et la maîtrise technique de chaque étape du processus dans le Feitio.

Le Feitio, du début à la fermeture, est réalisé avec des prières et des hymnes, ainsi que des périodes de concentration et de silence. Comme c’est un Travail en soi, on ne parle pas sauf pour ce qui est jugé essentiel.

Il y a plusieurs phases du travail physique avec les plantes : la localisation, la coupe ou la cueillette, le transport, le nettoyage, le martelage de la vigne, la préparation des différentes concentrations, et la détermination finale du Santo Daime. Chacune de ces étapes nécessite une expérience avec des techniques spécifiques qui assureront les meilleurs résultats, pour produire un Daime qui apportera la force, la sagesse et la Lumière dans les Travaux. Le miração personnel et l’harmonie dans la communauté dont on fait l’expérience dans les Travaux commencent dans le Feitio.

On peut prendre des jours pour cueillir les feuilles et couper la vigne dans les vergers et la forêt. La connaissance des plantes, où les trouver et comment les identifier, est la sagesse qui est passée d’aîné à apprenti et nécessite beaucoup d’expérience et de connaissances. Il est dit que la Nature elle-même vous aidera : les personnes en harmonie avec la forêt et qui ont pris le Daime se sentiront guidées vers les plantes.

Comme le Santo Daime s’est répandu en Amérique du Sud et à l’étranger, la demande de Sacrement a augmenté. Les deux plantes sont des plantes patrimoniales, protégées par le Ministère brésilien de l’environnement. La communauté du Santo Daime soutient et maintient des pratiques durables pour la collecte des plantes, en plantant des vergers d’arbres Psychotria viridis et veillant à ce que la vigne, Banisteriopsis caapi soit à l’abri dans les forêts et seulement récoltée à une taille spécifique.

Beaucoup d’églises de Santo Daime permettent seulement aux membres de leur centre et à ceux qui sont affiliés à leur centre, de travailler dans le Feitio. Certaines églises reçoivent des non-fardados / das dans leur Feitios en autant qu’ils leurs sont référés personnellement et sont respectueux et dévoués, avec un intérêt sincère pour le Santo Daime et le Feitio.

La collecte des feuilles des arbres est généralement le travail des femmes, de même que le nettoyage et le tri des feuilles. Une fois les feuilles cueillies dans les arbres, elles sont généralement transportées à l’Église. Les feuilles sont triées et nettoyées, mises en tas puis rassemblées dans des sacs afin de les apporter à la maison du Feitio. Pendant le nettoyage des feuilles, on sert le Daime et on chante des hymnes ou garde le silence. Les femmes arrivent et repartent tranquillement, généralement après des quarts de quelques heures, chacune faisant ce qu’elle est capable de faire. Les femmes ne sont pas en uniforme. Elles portent pour les travaux de Feitio des vêtements modestes dans des couleurs et des styles appropriés (pas de rouge ni de noir); les épaules couvertes, jupe mi-longue ou une robe.

La collecte de la vigne est généralement le travail des hommes. Une fois que la vigne est recueillie à partir de la forêt, elle est transportée à la maison du Feitio. La vigne est ensuite lavée et grattée. Après l’avoir nettoyée, le « bateção » commence, soit le martèlement de la vigne en préparation pour la cuisson. La partie de la maison du Feitio dédiée au bateção a généralement 12 poteaux de bois en deux rangées avec un siège pour chaque poste. Les hommes utilisent des maillets dédiés à cette fin pour battre la vigne jusqu’à ce que le Jagube soit macéré dans la fibre. Le travail des hommes se fait avec des hymnes ou en silence. Les hommes portent des vêtements modestes de style et de couleur appropriée pour le travail; un pantalon long et les épaules couvertes.

Au centre de la maison du Feitio se trouvent les feux ouverts sur lesquels le Daime est cuit. Les grandes casseroles sont préparées avec, en alternance, des couches de vigne macérée et des couches de feuilles, le tout recouvert d’eau pure, filtrée. Une fois la première cuisson terminée, le processus est répété pour créer les différents degrés du Sacrement. De grandes palettes en bois sont utilisées pour travailler avec les plantes dans les chaudrons. Lorsque le Sacrement est prêt, il est versé dans un récipient, refroidi et emballé.

Il y a beaucoup de travail à faire dans la maison du Feitio pendant la cuisson, afin d’assurer que l’espace soit propre, que tout soit en ordre, que les fournitures pour le feu soient disponibles. Certains feux sont au gaz, d’autres au bois. Les personnes en charge de la supervision du Feitio sont connues comme Maître de Feitio, des personnes expérimentées et guidées par la sagesse, la connaissance, l’astral et le Daime pour assurer la réalisation sacrée du Sacrement.

À la fin du Feitio, lorsque tout le Sacrement a été préparé, la congrégation se réunit à la maison du Feitio, hommes et femmes, pour chanter un Hinario (ensemble d’hymnes) choisi par la direction de l’Église pour l’occasion. À ce moment, on sert le Sacrement du dernier pot du Feitio. Le Feitio est fermé par des prières de la tradition.