Uniformes

L’historique et l’évolution des uniformes de Céu do Montréal

La tradition du Santo Daime comprend deux uniformes, soit l’uniforme bleu pour les Travaux de concentration, les Travaux de guérison et la Messe, et l’uniforme blanc pour les Travaux officiels, qui sont des Travaux dansés lors de festivals, de célébrations ou de journées commémoratives tenues à des dates spécifiques du calendrier du Santo Daime.

Diverses sources décrivent l’histoire du développement et de l’adaptation des uniformes portés dans la religion du Santo Daime. On considère que l’uniforme blanc a été introduit en 1936. De nombreux changements ont été apportés au cours des années suivantes, différents éléments décoratifs ayant été ajoutés, modifiés ou supprimés avec le temps.

Mestre Irineu, né en 1890, venait de la région de Maranhão et certains chercheurs suggèrent que des aspects des traditions religieuses et culturelles de cette région se retrouvent dans le Santo Daime. En particulier, les coutumes et les rituels de Saint Gonçalo ont de fortes ressemblances aux niveaux de la danse, de l’uniforme, de la musique ainsi que dans la structure des bâtiments rituels. Il est suggéré que ces influences ont joué un rôle au début du développement des rituels, de la musique et des uniformes du Santo Daime. En outre, l’éducation catholique de Mestre Irineu se reflète dans le Santo Daime, tout comme les croyances autochtones et les expériences de Spiritisme qu’il a connues lors de son apprentissage avec les Ayahuasqueiros péruviens.

Après avoir quitté Maranhão à un jeune âge, Mestre Irineu n’y est retourné qu’en 1957. Il est frappant de constater qu’après sa visite, des changements ont été apportés à l’uniforme blanc. L’ajout d’éléments tels une écharpe, des rubans colorés et une rose le rend encore plus semblable aux uniformes traditionnels de Saint Gonçalo. Par exemple, la couronne portée par les femmes dans les rituels du Santo Daime sont très semblables à celles de Saint Gonçalo. Plus tard, certains de ces ajouts aux éléments du costume ont été supprimés, mais seulement des uniformes masculins. Avec le temps, la rose a changé pour l’étoile à six pointes semblable à celle portée aujourd’hui.

L’uniforme bleu a été institué en 1972; l’année suivant le passage de Mestre Irineu. Selon diverses sources, avant sa mort, Mestre Irineu a demandé que l’on adopte un autre uniforme pour les jours des Travaux autres que l’uniforme uniforme blanc. Au début de 1972, l’uniforme bleu a été institué pour les Concentrations, la Sainte Messe et les hinários non officiels.

En 1997, après un an d’apprentissage dans le Santo Daime, je me suis senti appelée à prendre mon Étoile et à m’engager dans la voie du Santo Daime. Cet appel a été confirmé un soir lors d’un Travail au Brésil. L’étoile m’est venue dans une vision, s’est divisée en deux étoiles dont une a pris résidence au milieu de mon front et l’autre sur mon cœur. A mesure que le miração continuait, je pouvais me voir, comme d’un autre point de vue. Bien qu’en réalité, je portais de simples vêtements blancs, je pouvais me voir portant une jupe plissée blanche, une blouse blanche à manches longues et une ceinture verte autour de ma taille, avec l’étoile fixée sur mon cœur. J’ai gardé cette vision dans mon cœur, me demandant pourquoi je l’avais reçue, car l’uniforme de femme que j’allais mettre était beaucoup plus décoré et compliqué.

Depuis sa fondation officielle en 1997 jusqu’en 2010, Céu do Montréal portait les uniformes blanc et bleu traditionnels dans tous les Travaux du calendrier. En 2010, en choisissant un statut indépendant, en redéfinissant son énoncé de mission et en révisant ses politiques, les membres de Céu do Montréal ont pris en considération les uniformes des rituels. Après maintes prières et discussions, les décisions suivantes ont été prises.

L’uniforme bleu resterait le même pour les femmes et les hommes, à l’exception que la crête sur la poche de la blouse de la femme pourrait être remplacée par l’étoile, ce qui allait aligner les uniformes féminins et masculins.

L’uniforme blanc des hommes reste le même, mais sans la bande verte sur le côté du pantalon masculin.

L’uniforme blanc des femmes a subi le plus de changements. Il a été pris en considération que l’uniforme avait déjà subi un certain nombre d’adaptations et de changements au cours des années. Beaucoup d’éléments qui avaient été sur l’uniforme blanc des hommes avaient été enlevés du temps de Mestre Irineu, tels que des étoiles supplémentaires indiquant le statut dans l’église, la tresse, les rubans colorés  (connus sous le nom de alegrias) et les écharpes vertes. Il a été décidé – avec le consentement unanime des membres – que l’uniforme blanc des femmes devait être simplifié et rendu plus pratique tout en respectant la lignée. Il sera ainsi en harmonie avec la simplicité de l’uniforme blanc des hommes, et plus près de la culture canadienne. Vingt ans plus tard, la vision de l’uniforme blanc des femmes que j’ai eue la nuit où l’étoile est venue à moi est maintenant une réalité.

L’uniforme blanc des femmes de Céu do Montréal conserve les éléments de base de l’uniforme blanc traditionnel. Il est composé d’une blouse blanche à manches longues et d’une jupe blanche plissée, d’une ceinture verte à la taille et d’une boucle verte. Les autres éléments de costume, y compris la couronne, ont été enlevés.

L’Étoile est portée sur l’endroit traditionnel à la fois sur les uniformes bleu et blanc des femmes et des hommes.

Voir les photos historiques et actuelles ci-dessous.

Rev. Dr. Jessica Rochester
Céu do Montréal

 

Références:

Labate BC, Pacheco G. « The Religious Roots of Santo Daime in the state of Maranhão, Northeastern Brazil. » Translation Glen H. Sheppard Jr. Erowid.org. Nov 17, 2015. Online edition: Erowid.org/chemicals/ayahuasca/ayahuasca_article4.shtml